Lisa

 

Voilà le prologue et le chapitre 1 en ligne ^^ ! J'ai mis les deux ensemble car mon prologue était un peu trop court à mon goût alors j'ai préféré ne pas le laisser tout seul, tout petit lol ^^ En tout cas, j'espère qu'ils vont vous plaire!

Parcourir des centaines de milliers de kilomètre, traverser des montagnes, des plaines, des océans, affronter tous les dangers, survivre dans le froid intense ou la chaleur étouffante, risquer sa vie pour ensuite la sauver. Telles sont les ambitions de chaque personne ici. Des millions de gens quitte leur foyer chaud et confortable pour éviter une mort brutale et très douloureuse. Les personnes les plus peureuse fonceront, affolées, la tête la première avec la queue entre les jambes tandis que des vieilles personnes préfèreront rester dans leur maison natale qui deviendra leur tombe. Les plus rusés survivront, les plus fort perdront, les plus faibles se feront manger, déchiqueter, broyer et les plus rapides auront une chance sur deux de rester en vie. Dans cette aventure, il faudra être patient mais rapide, rusé et silencieux, mais surtout très chanceux. Notre planète, Mackàra, en a connue des batailles mais celle-ci sera définitivement la dernière. Les Krakars sont vraiment très en colère et rien ne les arrêtera. Pendant longtemps nous avons pensé que nous étions l’espèce la plus dangereuse et la plus cruelle malgré notre apparence gentille et douce. Nous nous trompions totalement mais il nous a fallu cette guerre atroce pour le comprendre.

 

A la vie, à la mort.

 

J’aurais dû la croire, j’aurais dû l’écouter et ne pas faire l’idiote. Je n’aurais pas dû être trop curieuse et découvrir cette pièce qui renfermait cet objet maudit… Je suis désolée Kînrò, je n’aurais pas dû t’embarquer avec moi dans cette histoire… dans mon histoire, mon destin, ma mort… Si seulement je t’avais écouté ! Si seulement je vous avais tous écouté ! Rien de tout ça ne serait arrivé… Je suis vraiment bonne à rien, stupide et vraiment inconsciente… J’aurais dû faire plus attention, être plus prudente, même plus craintive… J’ai fait tout ce qu’on m’avait interdit de faire. Je suis vraiment stupide…

 

Chapitre 1

 

De jolies fleurs dans un immense champ et un soleil éblouissant. Exactement ce que je voulais. L’herbe danse lentement en fonction du vent qui l’emmène. Je me mis à courir à travers ce champ pour rejoindre le village où j’habite désormais. J’accélère car sinon je vais être en retard et risque de le rater. J’aperçois enfin le village et court encore un peu plus vite. J’arrive enfin dans la rue principale. De grandes maisons me dominent, ainsi que de géants arbres en fleurs. C’est le printemps, ma saison préférée. Je me dirige vers sa maison. Je bouscule les personnes sur mon chemin dans ma précipitation, ils m’insultent mais tant pis. Je dois le voir. J’entre dans la maison bleue si joliment décorée mais je ne vois personne. Je ressors à toute vitesse et me dirige vers la grande forêt. Je m’apprête à sauter par-dessus la barrière quand quelqu’un m’interpelle.

« Hep ! Là ! »

Je sens qu’on m’arrête dans mon élan mais je me débats.

« Non ! Laissez moi ! Il ne doit pas aller là-bas !! »

D’autres personnes se mettent autour de moi pour m’arrêter. Je me dégage des mains répugnantes du gros balèze qui est derrière moi mais je ne bouge pas. Je n’ai aucune chance contre ces brutes de deux mètres de haut. Leurs oreilles pointues et noires sont dirigées vers moi et si elles le pouvaient, elles me fusilleraient sur place. Leurs dents, également pointues, me menacent mais ces gros matous ne me feraient jamais de mal. Ils essayent de me faire peur pour que je n’entre pas dans cette forêt dite « dangereuse ». Pourtant, celle-ci est très illuminée, fleuries et accueillante. Je ne vois pas en quoi elle est dangereuse.

En tournant la tête vers le village, je remarque un nouveau petit garde qui a du mal à se contrôler. Il est en train de se transformer mais il se retient comme il peut. Ses griffes, qui pourraient me tuer en un seul coup, sont déjà au bout de ses doigts fragiles d’humains. Un grognement animal se fait entendre dans le fond de sa gorge. Heureusement que les autres commence à l’attacher parce que sinon je serais déchiqueter dans la seconde qui suivrait sa transformation. Je n’ai jamais compris pourquoi les gardes réagissaient inconsciemment de cette manière en me voyant. Je prends conscience que je suis en train de me transformer moi aussi, pour me défendre. Il faut que je me calme…

Tout cela s’est évidemment passé qu’en quelques secondes.

« Mais qu’est-ce que tu racontes ? Personne n’est entré ici et personne ne pourra entrer dans cette forêt. Elle est bien de trop dangereuse.

- Quoi ? Vous êtes sûrs ? Mais alors, où est-il ?

- Si tu parles de ton copain avec qui tu es sans arrêts en train de te disputer, il est allé au temple. »

Je me retourne et examine le si grand temple en haut de la montagne. Il est si loin… Je pousse comme je peux une des brutes qui m’entourent et marche, découragée, vers la montagne si haute. Je lance un regard en arrière pour m’assurer que le nouveau garde n’est pas en train de me courir après quand tout à coup, une délicieuse odeur de poisson grillé me chatouille les narines. Je ne peux pas résisté et me dirige vers la si bonne odeur qui m’emmène chez Coroka. La plus vieille et la plus sage de tout le village. Mais c’est aussi la plus étrange. Elle nous raconte toujours des légendes bizarres que personne n’a entendues nul part. Pourtant ses histoires sont effrayantes, alors pourquoi est-elle la seule à les connaître ? Tout le monde devrait être au courant des dangerosités différentes de notre monde parce que, dans ce village, toutes les légendes qu’on entend son vraies, sauf celles de Coroka qui, pour l’instant, n’ont pas été prouvées. J’entre timidement dans la maison qui tombe en ruine et suis toujours l’odeur du poisson qui m’emmène au sous-sol. Je découvre que j’avais raison : La vieille fait bien grillé du poisson mais apparemment ce n’est pas pour le manger. Des bougies allumées entour Coroka qui répète des phrases bizarres. Je m’approche et m’assois en face du cercle de bougies en attendant qu’elle finisse son quart d’heure de folie. Elle remarque enfin ma présence quand je me mets à bailler très fort. Elle s’arrête et s’approche de moi si doucement que j’ai l’impression qu’elle fait dur sur-place. Elle pose une main sur mon épaule et me regarde tristement. On pourrait croire qu’elle sort tout juste d’un deuil en la voyant comme ça mais elle a toujours ce regard triste.

« Lisa, ma belle enfant, ma petite protégée… Que fais-tu ici ?

- Je ne sais pas. »

Je souris bêtement. Elle prends mon visage dans ses mains et me regarde d’un air consterné. Elle soupire et se retourne.

Je remarque qu’elle n’est pas habillée comme d’habitude. Elle porte une longue robe noire. Si longue qu’au moins cinq personnes pourrait s’asseoir sur sa robe qui traîne.

Elle prends le poisson poser sur la grille chaude puis me le donne, toujours aussi lentement. Toute contente, je la prends dans mes bras puis déguste ma friandise. Pendant qu’elle éteint ses bougies, j’observe la pièce où je suis. Je crois que je ne suis jamais allé ici… Les murs sont jaunis à certains endroit et complètement délabrés à d’autres, il fait très sombre sans les bougies et cet endroit me fiche la chair de poule. Près du mur du fond il y a un grand bureau qui est lui aussi dans un piteux état. Je me lève et m’approche du bazar qu’il y a sur ce si grand bureau. Il y a des tas de feuilles, des dessins de créatures étranges, des dizaines de cercles bizarres puis un gros livre que je prends. Je finis mon poisson et ouvre ce livre qui m’intrigue. Ce qui est écrit m’est incompréhensible, ce n’est pas de notre langue. Il y a beaucoup de dessins qui ressemblent à ceux sur le bureau puis je tombe sur une image montrant un poisson qui grille entouré de bougies. En dessous, il y a écrit ce que Coroka a récité tout à l’heure. Je ne vois pas à quoi sert tout ce bazar et je n’ose pas demander de peur qu’elle me raconte encore une légende qui me fait toujours peur. La vieille femme allume la lumière ce qui me surprend et je ferme d’un coup le livre. Je m’aperçois qu’il y a une brèche dans le mur que je n’avais pas vu tout à l’heure à cause de l’obscurité… Elle est étrange, ça m’intrigue… Coroka m’appelle tout d’un coup dans son salon  et je cours la voire. Ici je me sens mieux. Le feu de cheminée donne un coté chaleureux dans cette maison si lugubre. Je m’y installe juste à coté et attend de voir ce qu’elle me veut. Elle s’assoit sur son canapé gris qui pourrait s’écrouler d’une minute à l’autre et me regarde tristement du coin de l’oeil.

« Lisa, il faut que tu saches quelque chose…

- Je vous écoute. »

Elle se racle la gorge et se tourne vers moi.

« Une légende dit que le roi des mers se met en colère quand on vole son trésor… »

Je soupire. Elle va encore me raconter des conneries. Mais je l’encourage à continuer.

« Le roi des mers n’est pas un simple roi, il contrôle tous les mondes de chaque galaxie dans notre immense univers. Il se trouve que ce roi est sur notre planète et dans nos mers, c’est d’ailleurs pour ça qu’on l’appelle le roi des mers même si on devrait plutôt l’appeler Roi ultime mais ça n’a pas d’importance. Je reviens donc à ma légende qui raconte qu’il y a des milliards d’années, un homme, un vrai humain, avait découvert qu’un trésor existait sur leur planète. Plus tard, il apprit que ce trésor appartenait à quelqu’un de décéder. Il se dit qu’il pouvait prendre ce précieux si son propriétaire était mort. « Alors, ce ne sera pas du vol. » pensa-t-il. Ce qu’il ignorait, c’est que cette personne décéder était le roi des mers. Alors il voulu chercher ce fameux trésor mais le problème, c’est qu’il n’avait aucune idée de l’endroit où il était caché et l’homme ne pouvait pas voyager. Il eu alors une idée : Il lança un avis de recherche. Il cria partout qu’il avait perdu son trésor quelque part sur la planète et qu’il donnerait sa fille en mariage si quelqu’un retrouverait ce trésor. C’était très malin mais à cause de lui, il y eu de nombreuses guerres, des milliers de morts, des énormes massacres pour trouver le trésor. Après quelques années, un autre homme le trouva enfin, au fond d’un océan. Il alla le donner à notre homme en échange de la fille. L’humain, très content et si fier, porta l’objet valeureux autour de son cou. Mais pendant qu’il se pavanait avec sa fierté, le roi des mers découvrit qu’il lui avait volé son bien le plus précieux. Il se mit alors dans une colère noire. Il décida de punir la race humaine en décimant toute la population grâce aux Krakars. Des créatures gigantesques, cruelle et absolument sans pitié qui ne vivent que pour tuer. En quelques jours seulement, des milliards de personnes ont toutes été tuées. C’est ainsi que la race humaine disparue complètement. Ce n’est que trois cent cinquante milliards d’années après que nous sommes arrivés. Mi-humain, mi-félin. On dit que le roi des mers nous a créé à moitié humain pour nous rappeler le sort de ceux-ci et qu’on ne fasse pas la même erreur. Enfin, tout ça pour te dire, Lisa, que si tu trouves un jour ce trésor, ne le touche sous aucun prétexte sinon ce sera notre fin à tous. Tu as bien compris ? »

Cette histoire ne me fait pas peur, au contraire. J’ai envie de lui rire au nez à cette folle. Les humains n’ont jamais existé tout comme le roi des mers. Elle a complètement déjantée, la vieille ! Mais pour ne pas la contredire j’acquiesce. Elle parait maintenant soulagée et me propose une boisson que je refuse gentiment car je me rappelle que j’étais venu le voir lui, et pas cette folle. Je lui dis au revoir et sors de la maison presque en courant. Plus vite je serais loin d’elle, plus vite je me sentirais mieux.

Le ciel commence à se couvrir. Si je veux arriver au temple sans être mouillée je vais devoir être rapide. La montagne est si haute qu’il faudrait deux jours de marche si je reste sous cette forme. Je décide alors de me transformer. Ca ira beaucoup plus vite car je pourrais grimper comme je voudrais et ça m’évitera de faire pleins de détours à travers la montagne. Je sors du si grand village rassurant et m’approche de la montagne. Je me mets à quatre pattes et ma transformation commence. Mes ongles deviennent des griffes pointues, mes mains de grosses pattes couleurs crème tandis que mon corps s’allonge pour former un puma. Ma queue s’agrandit un peu et mes oreilles deviennent plus rondes. Mon visage change également pour ressembler à un gros chat.  Ma transformation est terminée par l’apparition de mes longues moustaches blanches. Je sors les griffes et je m’accroche à l’écorce d’un grand arbre. Je grimpe, je saute, je rampe, je me faufile pour arriver en haut de la montagne en une demi-heure. Le temple est encore à un kilomètre de marche. Je m’arrête pour reprendre mon souffle et observe le paysage qui est sous mes yeux.

On voit tout le village et les personnes qu’on peut voir sont minuscules. Les gardes de la forêt  paraissent ridicules vu d’ici ; on pourrait presque croire pouvoir les tuer d’un seul coup de patte. Or, c’est loin d’être le cas. Ces brutes sont un mélange de tous les félins puissants qu’il existe et même moi, puma, je ne pourrais leur faire une égratinure car qui ne sait pas que les pumas ont une très grande force. Ces gardes sont aussi rapides que les guépards, aussi agiles que les chats et aussi fort qu’un régiment entier de lion en colère. Ils me font froid dans le dos quand ils se transforment. Ils sont si grands qu’un chat à coté parait vraiment ridicule. Moi je suis assez contente de ce que je suis : un puissant puma agile comme un petit chat.

Je me rends compte que la forêt est plus grande que je ne le pensais. Elle s’étend à plusieurs dizaines de kilomètres. Mais je ne comprends toujours pas pourquoi on nous interdit d’y entrer.

À gauche du village il y a la vallée d’où je suis venue tout à l’heure. C’est la plus grande du pays mais elle est coupée à un endroit par la montagne où je suis assise. C’est dans cette vallée que j’ai été trouvée il y a quelques mois, inconsciente. Je ne me souviens pas du tout pourquoi je suis partie de chez moi, je ne me souvenais de rien même pas mon prénom. Le village m’a accueillie chaleureusement et ils m’ont donné un nom. Lisa. Ils m’ont recueillie et même donner une maison. Je suis très contente, tout le monde est gentil avec moi sauf les gardes qui sont un peu brutaux parfois.

Je m’arrête dans ma contemplation, je ne suis pas venue ici pour ça. Je me mets à courir aussi vite que je peux avant qu’il ne pleuve car les nuages gris me menacent. Je pense qu’un orage se prépare. J’arrive enfin au temple juste quand il commence à pleuvoir. J’entre dans l’immense bâtiment en me retransformant en Nekhò. Cet endroit je ne l’aime pas du tout, je ne sais pas pourquoi… Il me donne la chair de poule… C’est complètement vide et légèrement sombre. Les murs pourraient s’écrouler d’une seconde à l’autre tellement ce temple est vieux.

« Kînrò ? »

J’entre dans une autre pièce encore plus froide que la précédente. J’appelle à nouveau.

« Kînrò tu es là ? »

J’entre dans une nouvelle pièce très sombre cette fois-ci ce qui me donne froid dans le dos. J’allume la torche à coté de moi grâce à celle dans la pièce précédente quand je le vois. Pendu.

« KÎNRÒ !!!!! »

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (6)

1. Asaka 18/06/2010

et hop, je retombe dans mes lectures! je relit tout, j'ai oublier certains passages, mais j'avais ausssi oublier à quel point t'es bonne!

2. rose-du-mal 17/10/2009

Oui j'ai que ça à faire xD Au moins moi j'me prélasse pas toute la journée devant la télé ! =D

3. Damage Lolita (site web) 17/10/2009

Pourquoi tu fais ca??
T'as que ca à faire??

4. Prisca (site web) 21/08/2009

T'est la meilleure !

5. Sabrina 20/08/2009

Salut !
enchantée moi c'est Sabrina!
j'ai pris du temps à lire ta fic et franchement l'idée est super !
Le chapitre 2 sort quand ?
met une newsletter pour qu'on puisse s'informer !:D
à bientot !

6. helvique (site web) 19/08/2009

super continue....!voila mon forum

http://informanul.clicforum.com

à bientôt de te lire encore.

chris.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×